L'insatisfaction perpétuelle

    • L'insatisfaction perpétuelle

      Rupert, 20 ans, n'ayant jamais eu d'emploi, vivait dans la demeure familiale.
      Lent d'esprit et malhabile, il n'égalait personne en rien.

      Mais dès qu'il sortait de chez lui, le sentiment de honte laissait place à la joie.


      Dans le pétrin, après avoir offusqué un groupe d'individu, dû à son immaturité, c'est le groupe qui, à sa surprise, stoppa le conflit mieux que lui même.

      Le jours suivant, après s'être blessé, il savait que le système médical, même imparfait, gèrerait la situation mieux qu'il ne le ferait.

      Il était si rassuré quand les gens autour de lui parvenaient à palier ses défauts, qu'en présence de ceux ci, il avait encore la naiveté d'un enfant.

      Il respectait et admirait le monde autour de lui.



      Mais avec le temps, sa médiocrité créa un fort complexe d'infériorité chez lui.

      Il tenta donc de s'améliorer au point d'étudier tout les jours, de tout les domaines possibles. Il découvrit avec le temps, que les expériences de vie participait aussi au savoir faire. Alors il fît toutes les expériences à sa porté pour augmenter sont bagage émotionnel, et pris le plus de risque possible dans la vie de tout les jours pour ce mettre à l'épreuve.

      12 ans plus tard. À 32 ans, Rupert était autonome et se sentait comme si il était le roi du monde. À la fois sophistiqué et instinctif, érudit et créatif, il se sentait tiré vers le bas par les autres qui n'avaient pas suivi son évolution. Au contraire, il les méprisait en silence.

      Lui, s'aimait enfin et ressentait de la fierté.

      Mais comment continuer à vivre dans un monde ou chaque personne, par bêtise, est susceptible de mettre à mal ce qu'il pourrait entreprendre?

      La justesse de leurs esprits d'égalait jamais la hauteur de ses projets et de ses idées.

      Dès qu'il sortait de chez lui, son sentiment de joie et de fierté était remplacé par la honte.

      « Comment fonctionner dans la vie en ayant honte de ceux qui vont me soigner, éduquer mes futures enfants, réparer ma voiture ?

      Je ne me sent plus en sécurité.

      Je ne peut plus compter sur personne. »

      Mélancolique, il change ses attentes sur le monde pour réussir à continuer à vivre.

      Le message a été modifié 1 fois, dernière modification faite par stephane444 ().

    • Bonjour, je nettoie le sujets des commentaires désobligeants.
      Ne pas aimer, c'est une chose, juste commenter pour faire l’intéressant et/ou monter ses messages, c'est une autre chose.

      Bravo pour ce texte certes empreint de mélancolie, mais doté d'une belle plume.

      Cordialement, Kadomo


      "La culture c'est comme la confiture: moins on en a, et plus on l'étale."

    • Kadomo a écrit:

      Bonjour, je nettoie le sujets des commentaires désobligeants.
      Ne pas aimer, c'est une chose, juste commenter pour faire l’intéressant et/ou monter ses messages, c'est une autre chose.

      Bravo pour ce texte certes empreint de mélancolie, mais doté d'une belle plume.

      Cordialement, Kadomo


      Mdr

      Le message a été modifié 1 fois, dernière modification faite par Azazela ().