Les études

    • Etudier est-ce une bonne chose (un mal nécessaire) ou une perte de temps ? Vu qu'on va tous mourir +/-
      Faut-il laisser les autres travailler à sa place ?

      #RSA : "une équipe, un qui travaille, l'autre qui profite"
      Ceux que l'histoire oubli, le temps le rattrape.
      Deux amertumes passent inaperçues : la mort du pauvre et la crânerie du riche.
      La mort ne vient jamais trop tard.

      Le message a été modifié 3 fois, dernière modification faite par Trepanator ().

    • C'est pas ma question (et c'est une vrai question, perso j'ai pas trop d'avis parce que j'en sais rien).

      Est-ce qu'il faut être intelligent pour réussir à assimiler par coeur des tonnes de trucs ? Où est-ce qu'il suffit d'y passer du temps ? L'intelligence sert-elle à les apprendre plus vite ?
      Est-ce qu'on peut être totalement idiot et apprendre des tonnes de trucs par coeur facilement ?
      Sassaei / RekSei IG

      Ma présentation
    • c'est pour ça qu'en médecine on fait autant de physique qu'en prépa (termo, électricité, magnétisme .. les trucs qui servent à rien), des maths ect..
      du coup comme je l'ai pas pas expérimenté, jsp non plus

      d'autres avis ? psk là on avance pas
      Ceux que l'histoire oubli, le temps le rattrape.
      Deux amertumes passent inaperçues : la mort du pauvre et la crânerie du riche.
      La mort ne vient jamais trop tard.
    • Trepanator a écrit:

      en médecine on fait autant de physique qu'en prépa (termo, électricité, magnétisme .. les trucs qui servent à rien)
      Pour avoir lu les cours des deux, oui vous voyez les mêmes notions, mais non vous ne faites pas la même chose. Le but d'un cours de thermo ou d'électromag en prépa, c'est qu'un étudiant assimile les outils de ces sciences et puisse les utiliser à la résolution d'un problème. Ce qui fait la facilité des sujet de CCP ou E3A (comprendra qui pourra) c'est de faire des exercices "classiques" ou "type cours", où l'apprentissage pur et dur des exemples vus en cours est suffisant. Ce qui fait la difficulté des problèmes type X-ENS (ou Mines-Pont) c'est de faire des problèmes qui (en principe) n'ont pas dû être vus par les étudiants, et l'objectif c'est de poser correctement le problème et le résoudre.
      En médecine, le but est de vous faire apprendre directement un certain nombre de résultats pour vous donner une forme de "culture", basée sur les notions importantes à savoir sur un chapitre.

      C'est pour cela qu'en prépa l'accent est porté sur l'apprentissage : on montre un phénomène, on explique quelle est son origine, on pose les grandeurs pertinentes, on fait des calculs pour obtenir des résultats etc. Le but est de s'approprier les outils pour dépasser les exemples du cours en DS.
      En médecine, vous avez simplement des polys avec les "notions importantes", et vous n'allez jamais plus loin que les polys. Je trouve ça dommage et parfois inutile.

      Tout ça pour dire : si les étudiants de médecine faisaient autant de physique que les taupins, ça se saurait ^^
      Au passage, on en a déjà discuté sur mon mur : pour les maths c'est encore pire.


      Trepanator a écrit:

      est c que étudier c'est cool ou c'est une perte de temps ?
      Au-delà du simple fait d'avoir de bonnes notes en français, maîtriser la langue peut s'avérer utile quand il s'agit de se valoriser (à un entretien d'embauche, par exemple) ou de savoir établir un lien avec les gens.
      Être capable d'aborder une personne et entretenir une conversation avec elle requiert du "skill social", composé d'une part d'une maîtrise minimale de la langue (ou du moins, de la courtoisie), mais surtout de culture. Dans une conversation, faire preuve de culture c'est faire preuve de connaissance. Mais attention à ne pas en faire trop aussi, et dans ce cas faire preuve d'humilité est gage de maturité et de recul (donc pour les boulets du fond : être intelligent c'est bien, mais en faire des caisses montre que vous êtes immatures :P ). C'est quelque chose que l'on dit peu, mais les politiciens prennent des cours de théâtre, car apprendre à jouer un personnage c'est également important quand on veut mentir au peuple être diplomate ! (et, plus que jamais, vos constatez que ça marche très bien)
      Étudier participe également au développement personnel : se connaître soi, son corps, son entourage, son histoire et ses semblables. C'est presque philosophique, mais c'est ce qu'on apprend de l'école au bac : l'histoire, la géographie, la SVT, la physique, le sport etc. Même les maths : ce n'est pas pour rien qu'on apprend aux enfants à compter avec des bonbons (cf. l'Essai sur les données immédiates de la conscience de Bergson), car les maths sont un langage naturel.
      Au-delà de l'accomplissement personnel, les études permettent d'acquérir des connaissances, et les connaissances ne servent à rien si on ne s'en sert pas, et globalement quand on se sert de nos connaissances on est en train de créer : créer des objets (connaissances artisanales), créer du texte, de la musique, de la technologie etc. Je ne cesse d'être époustouflé par l'impact qu'a la chimie sur notre entourage. Certes on n'a pas attendu la chimie pour avoir du béton, de la peinture et du papier, mais la chimie a d'abord apporté beaucoup d'explications, mais a aussi permit de maîtriser le tout, et l'améliorer (car vous n'utilisez pas le même papier sur lequel vous écrivez que celui avec lequel vous vous... celui que vous utilisez dans les toilettes quoi :oops: ).
      Après, on peut aussi passer sa vie à travailler à macdo pour un salaire meilleur que celui d'un technicien qui a un BTS et qui lave des tubes à essai toute la journée, mais quel en devient l'intérêt d'être vivant si on ne vit pas réellement ?

      Du coup, pour répondre à la question (#TL;DR) : étudier c'est cool pour l'enrichissement personnel, et c'est une perte de temps si on ne se sert pas de ses connaissances.


      Trepanator a écrit:

      faut-il laisser les autres travailler à sa place ?
      Encore une fois : si vous êtes satisfaits avec le fait de travailler à macdo toute votre vie, ou même toucher le RSA pour jouer à des jeux vidéos... Soit. Ce n'est pas ce à quoi j'aspire, mais si ça peut faire votre bonheur et que vous ne le regretterez pas, libre à chacun de choisir comment faire sa vie.
      Il n'y a donc pas de réponse à cette question : c'est une question de choix.


      Greckos a écrit:

      J'ai toujours passé mes examens au talent et c'est toujours passé
      Par curiosité, pouvez-vous me faire la liste des-dits examens ? (soyez honnête :) )


      Saeve a écrit:

      Apprendre par coeur, est-ce gage d'intelligence ?
      Le plus gros problème, c'est que ni l'apprentissage ni l'intelligence ne possèdent de définition absolue, on ne peut donc faire que du qualitatif.
      Du coup, qualitativement, si on désigne par "intelligence" l'ensemble des facultés et capacités intellectuelles, alors oui, l'apprentissage par coeur, qui est une capacité intellectuelle, est une branche de l'intelligence.
      Après, il faut voir l'intelligence comme un espace à plusieurs dimensions muni d'une base non-orthogonale et non-normée : être à 100% d'apprentissage par coeur et 0% ailleurs, on est d'accord que c'est un peu inutile. Quelqu'un qui sera plutôt à 20% d'apprentissage mais qui sera aussi capable de restituer ces connaissances vite et qui peut en plus les employer, les reconnaître sous formes différentes, les adapter etc. à ne serait-ce que 50% partout, c'est tout de suite "mieux" !


      Saeve a écrit:

      Est-ce qu'il faut être intelligent pour réussir à assimiler par coeur des tonnes de trucs ? Où est-ce qu'il suffit d'y passer du temps ? L'intelligence sert-elle à les apprendre plus vite ?
      Encore une fois, il ne faut pas confondre intelligence et capacités intellectuelles. De plus, il faut faire la différence entre vitesse et capacité d'apprentissage.
      Chez les personnes arriérées, un des problèmes est qu'ils n'ont tout simplement pas la capacité d'apprendre, peu importe le temps passé. Enfin, je ne suis pas spécialiste, mais c'est grosso modo comme ça que je le vois.
      Si vous comparez deux étudiants dont l'un est capable d'apprendre le cours sur le vol et l'autre aura besoin de le relire 3 fois chez lui pour arriver au même niveau... Bah forcément celui qui apprends plus vite a plus de capacités, mais si les deux ont la même note à la fin (voir pire : si celui qui a révisé 3 fois a une note meilleure), qui est le plus intelligent ? C'est naturel de se dire "celui qui n'a pas révisé", sauf qu'en général, un contrôle ça teste non pas les connaissances, mais l'intelligence directement (car on est limité en temps, on a un problème à résoudre, etc.)
      On se retrouve alors face à l'éternel débat des lycéens/étudiants qui cherchent à savoir qui a la plus grosse : "moi j'ai eu 20 en révisant 1h", "moi j'ai eu 18 sans réviser donc c'est moi le meilleur".

      Pour finir, je ne suis pas du tout satisfait par la formulation de la dernière phrase : l'intelligence est caractérisée (ou définie en partie) par la vitesse d'apprentissage. En gros, c'est : "je suis intelligent parce que j'apprends vite", et non pas "j'apprends vite parce que je suis intelligent". Vous voyez la nuance ?
      Cordialement.


      Toge Toge Prrriiiiiiiiii*
      (Merci à Jambondeporc LaChipsNinja pour la bannière :love: )


      *[SBM]Togepi à votre service ;)
    • Togepi a écrit:

      Trepanator a écrit:

      en médecine on fait autant de physique qu'en prépa (termo, électricité, magnétisme .. les trucs qui servent à rien)
      Pour avoir lu les cours des deux, oui vous voyez les mêmes notions, mais non vous ne faites pas la même chose. Le but d'un cours de thermo ou d'électromag en prépa, c'est qu'un étudiant assimile les outils de ces sciences et puisse les utiliser à la résolution d'un problème. Ce qui fait la facilité des sujet de CCP ou E3A (comprendra qui pourra) c'est de faire des exercices "classiques" ou "type cours", où l'apprentissage pur et dur des exemples vus en cours est suffisant. Ce qui fait la difficulté des problèmes type X-ENS (ou Mines-Pont) c'est de faire des problèmes qui (en principe) n'ont pas dû être vus par les étudiants, et l'objectif c'est de poser correctement le problème et le résoudre.En médecine, le but est de vous faire apprendre directement un certain nombre de résultats pour vous donner une forme de "culture", basée sur les notions importantes à savoir sur un chapitre.

      C'est pour cela qu'en prépa l'accent est porté sur l'apprentissage : on montre un phénomène, on explique quelle est son origine, on pose les grandeurs pertinentes, on fait des calculs pour obtenir des résultats etc. Le but est de s'approprier les outils pour dépasser les exemples du cours en DS.
      En médecine, vous avez simplement des polys avec les "notions importantes", et vous n'allez jamais plus loin que les polys. Je trouve ça dommage et parfois inutile.

      Tout ça pour dire : si les étudiants de médecine faisaient autant de physique que les taupins, ça se saurait ^^
      Au passage, on en a déjà discuté sur mon mur : pour les maths c'est encore pire.


      Trepanator a écrit:

      est c que étudier c'est cool ou c'est une perte de temps ?
      Au-delà du simple fait d'avoir de bonnes notes en français, maîtriser la langue peut s'avérer utile quand il s'agit de se valoriser (à un entretien d'embauche, par exemple) ou de savoir établir un lien avec les gens.Être capable d'aborder une personne et entretenir une conversation avec elle requiert du "skill social", composé d'une part d'une maîtrise minimale de la langue (ou du moins, de la courtoisie), mais surtout de culture. Dans une conversation, faire preuve de culture c'est faire preuve de connaissance. Mais attention à ne pas en faire trop aussi, et dans ce cas faire preuve d'humilité est gage de maturité et de recul (donc pour les boulets du fond : être intelligent c'est bien, mais en faire des caisses montre que vous êtes immatures :P ). C'est quelque chose que l'on dit peu, mais les politiciens prennent des cours de théâtre, car apprendre à jouer un personnage c'est également important quand on veut mentir au peuple être diplomate ! (et, plus que jamais, vos constatez que ça marche très bien)
      Étudier participe également au développement personnel : se connaître soi, son corps, son entourage, son histoire et ses semblables. C'est presque philosophique, mais c'est ce qu'on apprend de l'école au bac : l'histoire, la géographie, la SVT, la physique, le sport etc. Même les maths : ce n'est pas pour rien qu'on apprend aux enfants à compter avec des bonbons (cf. l'Essai sur les données immédiates de la conscience de Bergson), car les maths sont un langage naturel.
      Au-delà de l'accomplissement personnel, les études permettent d'acquérir des connaissances, et les connaissances ne servent à rien si on ne s'en sert pas, et globalement quand on se sert de nos connaissances on est en train de créer : créer des objets (connaissances artisanales), créer du texte, de la musique, de la technologie etc. Je ne cesse d'être époustouflé par l'impact qu'a la chimie sur notre entourage. Certes on n'a pas attendu la chimie pour avoir du béton, de la peinture et du papier, mais la chimie a d'abord apporté beaucoup d'explications, mais a aussi permit de maîtriser le tout, et l'améliorer (car vous n'utilisez pas le même papier sur lequel vous écrivez que celui avec lequel vous vous... celui que vous utilisez dans les toilettes quoi :oops: ).
      Après, on peut aussi passer sa vie à travailler à macdo pour un salaire meilleur que celui d'un technicien qui a un BTS et qui lave des tubes à essai toute la journée, mais quel en devient l'intérêt d'être vivant si on ne vit pas réellement ?

      Du coup, pour répondre à la question (#TL;DR) : étudier c'est cool pour l'enrichissement personnel, et c'est une perte de temps si on ne se sert pas de ses connaissances.


      Trepanator a écrit:

      faut-il laisser les autres travailler à sa place ?
      Encore une fois : si vous êtes satisfaits avec le fait de travailler à macdo toute votre vie, ou même toucher le RSA pour jouer à des jeux vidéos... Soit. Ce n'est pas ce à quoi j'aspire, mais si ça peut faire votre bonheur et que vous ne le regretterez pas, libre à chacun de choisir comment faire sa vie.Il n'y a donc pas de réponse à cette question : c'est une question de choix.


      Greckos a écrit:

      J'ai toujours passé mes examens au talent et c'est toujours passé
      Par curiosité, pouvez-vous me faire la liste des-dits examens ? (soyez honnête :) )

      Saeve a écrit:

      Apprendre par coeur, est-ce gage d'intelligence ?
      Le plus gros problème, c'est que ni l'apprentissage ni l'intelligence ne possèdent de définition absolue, on ne peut donc faire que du qualitatif.Du coup, qualitativement, si on désigne par "intelligence" l'ensemble des facultés et capacités intellectuelles, alors oui, l'apprentissage par coeur, qui est une capacité intellectuelle, est une branche de l'intelligence.
      Après, il faut voir l'intelligence comme un espace à plusieurs dimensions muni d'une base non-orthogonale et non-normée : être à 100% d'apprentissage par coeur et 0% ailleurs, on est d'accord que c'est un peu inutile. Quelqu'un qui sera plutôt à 20% d'apprentissage mais qui sera aussi capable de restituer ces connaissances vite et qui peut en plus les employer, les reconnaître sous formes différentes, les adapter etc. à ne serait-ce que 50% partout, c'est tout de suite "mieux" !


      Saeve a écrit:

      Est-ce qu'il faut être intelligent pour réussir à assimiler par coeur des tonnes de trucs ? Où est-ce qu'il suffit d'y passer du temps ? L'intelligence sert-elle à les apprendre plus vite ?
      Encore une fois, il ne faut pas confondre intelligence et capacités intellectuelles. De plus, il faut faire la différence entre vitesse et capacité d'apprentissage.Chez les personnes arriérées, un des problèmes est qu'ils n'ont tout simplement pas la capacité d'apprendre, peu importe le temps passé. Enfin, je ne suis pas spécialiste, mais c'est grosso modo comme ça que je le vois.
      Si vous comparez deux étudiants dont l'un est capable d'apprendre le cours sur le vol et l'autre aura besoin de le relire 3 fois chez lui pour arriver au même niveau... Bah forcément celui qui apprends plus vite a plus de capacités, mais si les deux ont la même note à la fin (voir pire : si celui qui a révisé 3 fois a une note meilleure), qui est le plus intelligent ? C'est naturel de se dire "celui qui n'a pas révisé", sauf qu'en général, un contrôle ça teste non pas les connaissances, mais l'intelligence directement (car on est limité en temps, on a un problème à résoudre, etc.)
      On se retrouve alors face à l'éternel débat des lycéens/étudiants qui cherchent à savoir qui a la plus grosse : "moi j'ai eu 20 en révisant 1h", "moi j'ai eu 18 sans réviser donc c'est moi le meilleur".

      Pour finir, je ne suis pas du tout satisfait par la formulation de la dernière phrase : l'intelligence est caractérisée (ou définie en partie) par la vitesse d'apprentissage. En gros, c'est : "je suis intelligent parce que j'apprends vite", et non pas "j'apprends vite parce que je suis intelligent". Vous voyez la nuance ?
      Du coup y'a pas "réellement" de réponse étant donné que la notion d'intelligence est abstraite.
      Par rapport à la formulation, tu veux dire que que l'intelligence est une cause à l'apprentissage rapide, et pas une conséquence ?
      Sassaei / RekSei IG

      Ma présentation
    • Saeve a écrit:

      Du coup y'a pas "réellement" de réponse étant donné que la notion d'intelligence est abstraite.
      Je n'ai pas la prétention de pouvoir définir l'intelligence, et je ne le fais d'ailleurs pas, mais ça n'empêche pas d'avoir des éléments de réponse, et il me semble qu'au final, j'ai répondu à la question ^^


      Saeve a écrit:

      Par rapport à la formulation, tu veux dire que que l'intelligence est une cause à l'apprentissage rapide, et pas une conséquence ?
      Non, l'inverse : l'intelligence est une conséquence de l'apprentissage rapide. C'est un peu comme dire : "je suis grand (intelligent) parce que j'ai de longues jambes (capacité)", l'inverse (obtenir de longue jambes parce qu'on devient plus grand) est un peu bizarre.


      Trepanator a écrit:

      comment on sait qu'on ne le regrettera pas ?
      Il faut avoir du recul, donc être intelligent et mature ^^


      ArcMeurtrier a écrit:

      Etudier c'est cool, mais seulement quand c'est des études utiles (donc juste MPSI)
      PCSI*
      Cordialement.


      Toge Toge Prrriiiiiiiiii*
      (Merci à Jambondeporc LaChipsNinja pour la bannière :love: )


      *[SBM]Togepi à votre service ;)
    • Togepi a écrit:


      Saeve a écrit:

      Par rapport à la formulation, tu veux dire que que l'intelligence est une cause à l'apprentissage rapide, et pas une conséquence ?
      Non, l'inverse : l'intelligence est une conséquence de l'apprentissage rapide. C'est un peu comme dire : "je suis grand (intelligent) parce que j'ai de longues jambes (capacité)", l'inverse (obtenir de longue jambes parce qu'on devient plus grand) est un peu bizarre.
      Ok j'ai compris maintenant ce que tu voulais dire. Par contre, je suis pas trop d'accord. Pour moi, c'est l'apprentissage rapide qui est la conséquence de l'intelligence.
      C'est parce que tu es intelligent que tu apprends vite. L'apprentissage rapide est en fait une preuve de intelligence.
      A toi de voir si tu peux me convaincre du contraire ? Ou peut-être que je m'emmêle les pinceaux ?
      Sassaei / RekSei IG

      Ma présentation